F1-GP de Turquie : Où étaient les spectateurs ?
Par Lionel Lucas dans Caradisiac
Article mis en ligne le 11 juin 2009
Imprimer logo imprimer

F1-GP de Turquie : Où étaient les spectateurs ?

Le Grand-Prix de Turquie a offert un très beau spectacle... mais s’est passé de spectateurs !

En effet, sur les 130 000 places disponibles, seulement 32 000 étaient occupées.

La raison ? Un tarif très élevé, entre 240 et 335 euros pour s’asseoir !

Il y avait bien des places à 43 euros, mais qui ne permettaient pas de voir grand-chose...

Bref, cela montre également la limite de la politique Ecclestonienne a vouloir s’implanter dans des pays qui n’ont pas forcément la culture du sport automobile.

De leur côté, les pilotes ont aussi regretté l’absence de spectateurs, comme le souligne Mark Webber :

"Je suis impatient d’être à Silverstone parce que l’ambiance y est superbe, au contraire d’ici. Il n’y avait personne. Nous autres pilotes aimons courir devant du monde.

On aurait dû laisser entrer les gens gratuitement aujourd’hui. Je suis sûr que beaucoup d’entre eux auraient voulu venir mais n’avaient pas les moyens de le faire car c’est très cher.« Mümtaz Tahincioglu, président de la fédération turque de sport automobile, a déclaré que : »Notre contrat avec la FOM court jusqu’à 2011. Si nous voulons continuer, nous devrons trouver un accord avec M.Ecclestone. Ce ne sera pas facile."

L’avenir de la F1 passera-t-elle par des circuits vides mais acceptant de payer le prix fort pour accueillir la F1, ou se recentrera-t-elle sur ses lieux de prédilection ?

Un peu tôt pour le dire, surtout que la discipline pourrait purement et simplement imploser dans les jours qui viennent !


flèche Sur le web : http://news.caradisiac.com/F1-GP-de...
Forum
Répondre à cet article

Prochainement

Pas d'évènements à venir

Quelques chiffres...



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.84.20
Pour produire une couche de 18 centimètres de terre arable, la nature a besoin de 1400 à 7000 ans, à raison de 0,5 à 2 centimètres par siècle.