Baptêmes en Hélico non officiels ?
Article mis en ligne le 22 octobre 2009
dernière modification le 4 octobre 2014

par Webmestre
Imprimer logo imprimer

Samedi 17 octobre 2009, et tout le weekend, sur l’aérodrome des Mureaux/Verneuil, le SIVU a permis à la société Héli-Horizon d’effectuer des baptêmes de l’air en hélicoptère, dans le cadre des journées portes ouvertes d’EDF à la centrale électrique de Porcheville. Cependant, aucun pilote de l’aérodrome n’a été prévenu directement, comme cela se fait lors de manifestation exceptionnelle. Il n’y a pas eu de déclaration officielle selon l’un des aéroclubs résidents. Nous enquêtons. Voici les premiers résultats.

Il y a 0 commentaires Article publié le 21 octobre 2009
PAR Damien Delerin | Note incomplète !

Les quatre aéroclubs de l’aérodrome ont reçu, de différentes façons et à différents moments de la semaine, voir pas, une « note d’information » relative à un événement de la part du SIVU (Syndicat Intercommunal à Vocation Unique), qui gère la base. Cette note leur annonçait que des baptêmes de l’air en hélicoptère seraient organisés les samedi 17 et dimanche 18 octobre 2009 au départ de l’aérodrome des Mureaux/Verneuil. Ces baptêmes s’effectueraient à bord d’un appareil du type R44 Raven de 10h à 12h30 et de 14h30 à 18h. Mais voilà, ce document, qui n’est ni daté ni signé, ne prend pas en compte le fait que l’aérodrome n’est pas autorisé aux hélicoptères, selon le VAC en vigueur. Le VAC, c’est la carte de gestion de l’aérodrome, disponible auprès du Service de l’Information Aéronautique et consultable par internet.

Procédure non effectuée !

Certes, il est possible de faire des manifestations à titre exceptionnelle, et, dans ce cas, il faut mettre en place une procédure d’information auprès des pilotes et des clubs, ainsi qu’une modification temporaire du VAC. Sauf que, la note d’information ne suffit pas d’après le témoignage fourni par un pilote membre d’un club de l’aérodrome, qui a bien voulu expliquer les termes techniques. Ce n’est pas la procédure officielle et légale, qui permet une modification temporairement le VAC de l’aérodrome ! Pour modifier le VAC, il faut émettre un NOTAM. Ce document doit être enregistré et disponible à la consultation le jour de l’événement, voir avant. Le NOTAM peut s’enregistrer en 5 heures, d’après le pilote interrogé ! Le VAC et le NOTAM, s’il y en a un, sont obligatoirement consultés, sur le site national du Service de l’Information Aéronautique, par les clubs et par les pilotes avant le décollage. « C’est une question de sécurité pour les pilotes », a expliqué ce pilote référent.

Or, à 17h, ce dimanche 18 octobre 2009, sur le site de consultation de la carte VAC de l’aérodrome des Mureaux/Verneuil, aucun NOTAM, faisant référence à des baptêmes de l’air en hélicoptère sur la base, ne fut inscrit. Ce fait est facilement vérifiable ! L’absence de ce document signifie que les pilotes de l’aérodrome n’étaient pas au courant de la présence d’un hélicoptère sur la base ! D’ailleurs, la plus part d’entre eux ont découvert la présence de l’appareil qu’en le voyant !

Une gestion qui inquiète !

L’absence de ce NOTAM fait que l’hélicoptère ne pouvait officiellement pas voler ou résider sur l’aérodrome. Si le pilote de l’hélicoptère avait eu un accident, il n’aurait pas été couvert. En cas de problème, les assurances regardent les VAC et la présence de NOTAM. Cette situation a inquiété énormément les pilotes présents en ce dimanche après-midi sur la base. Ils étaient à la fois inquiets pour les avions en l’air et pour le pilote de l’hélicoptère. La manière, dont cette manifestation a été gérée, a inquiété fortement les pilotes. D’après eux, c’est la deuxième fois que le SIVU leur impose une chose sans prévenir !

Y a-t-il eu une erreur de gestion dans l’organisation de ces baptêmes de l’air en hélicoptère ? Sans doute, puisque la procédure n’a pas été respectée et que l’appareil volait encore à 18h30 d’après les pilotes ! Mais est-ce volontaire ou pas ? Cette question n’a, ici, aucune réponse ! En tout cas, l’absence de ce NOTAM a fait courir des risques à tous les pilotes, mais aussi aux riverains de l’aérodrome.

PS : Le directeur de publication du site des Nouvelles des Mureaux a reçu un appel téléphonique de la société Héli-Horizon, qui considère le point de vue des pilotes comme étant « erronée ». La direction a souhaité l’avis du SIVU mais pour le moment la réponse du SIVU se fait attendre...


flèche Sur le web : http://www.nouvelles-des-deux-rives...
Forum
Répondre à cet article


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.84.20
Pour produire une couche de 18 centimètres de terre arable, la nature a besoin de 1400 à 7000 ans, à raison de 0,5 à 2 centimètres par siècle.