La F1 à Francorchamps a encore coûté 5 millions d’euros
Article mis en ligne le 10 novembre 2009
dernière modification le 4 octobre 2014

par Webmestre
Imprimer logo imprimer

Les chiffres de la coûteuse édition 2009 du GP de Formule 1 de Spa-Francorchamps sont tombés. Celui qu’on retiendra : une perte de 5,134 millions.
Le Grand Prix de Formule 1 2010 de Spa-Francorchamps a accueilli 50.779 personnes lors de la journée du dimanche (hors VIP), soit une croissance de près de 1000 billets payants en comparaison avec l’année dernière, a expliqué le ministre wallon de l’Economie, Jean-Claude Marcourt, mardi, répondant à une question du parlementaire MR Pierre-Yves Jeholet.

Les pertes s’élèvent à 5.134.000 euros. Les pertes concernent les tickets « Silver » et « Gold » qui ont chuté respectivement de 21 pc et de 49 pc. A contrario, les places « Bronze », les moins chères, ont enregistré une progression de 23 pc. La nouvelle catégorie « Steel » moins chère mais ne donnant accès qu’à un seul endroit du circuit, a convaincu 2500 personnes.

Le prix des entrées a diminué

Le prix d’entrée moyen est passé de 226 euros à 186 euros. Les entrées représentent 81 pc du chiffre d’affaires, qui a diminué de 13 pc. Les revenus liés aux opérations VIP ont également été affectés par la crise économique. Les charges sont stables, et la gestion journalière a été systématiquement axée sur une maîtrise et un contrôle de mieux en mieux appliqué des coûts de promotion et d’organisation.

Enfin, par rapport au budget initialement prévu, et en grande partie à cause de la conjoncture défavorable, l’année 2009 a été difficile puisque la perte nette après amortissement s’élève à 5.134.000 euros. « Le président Davignon doit encore venir vers nous avec des propositions concrètes pour arriver à un équilibre financier afin que cela soit tenable pour le dossier », a conclu Jean-Claude Marcourt.


flèche Sur le web : http://www.rtlinfo.be/sport/tous_le...
Forum
Répondre à cet article


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.84.20
Pour produire une couche de 18 centimètres de terre arable, la nature a besoin de 1400 à 7000 ans, à raison de 0,5 à 2 centimètres par siècle.