F1 - Renault : Symonds imite Briatore
Article mis en ligne le 13 novembre 2009
dernière modification le 4 octobre 2014

par Webmestre
Imprimer logo imprimer

SPORTS MOTORISÉS (RC) - Pat Symonds a décidé de suivre Flavio Briatore.

PUBLICITÉ

Les deux hommes de Renault, sanctionnés pour avoir participé au scandale de Singapour (2008), comptent faire appel de la décision du tribunal de la FIA.

Rappelons que Briatore a été banni de la F1 tandis que Symonds purge une suspension de cinq ans.

Flavio Briatore a déjà fait savoir qu’il poursuivait la FIA devant le tribunal de grande instance de Paris pour vice de procédure (il dit que Max Mosley a été juge et partie dans la décision). Il exige un million d’euros (1,5 million de dollars canadiens) en dommages et intérêts.

L’audience est prévue le 24 novembre.

Selon le journal britannique The Guardian, l’ancien responsable de l’ingénierie de Renault Pat Symonds s’associe donc à la démarche de son ancien patron.

Les documents légaux dont The Guardian a obtenu copie expliquent que M. Symonds estime que la FIA a « mal fait les choses » dans cette affaire.

La décision de Pat Symonds en surprendra plus d’un, car il avait dans un premier temps obtenu l’immunité de la part de la FIA en retour de ses informations. Cette révélation provient du quotidien The Times.

M. Symonds n’a pas souhaité jouir de cette immunité. Il avait dans un premier temps dit aux commissaires de la FIA ce qui s’était passé, « sans jamais mentir, mais en retenant quelques informations », a-t-il précisé. Il a été ensuite convoqué au siège de la FIA.

Et il a été suspendu, après examen de son témoignage devant le tribunal de la FIA. Témoignage durant lequel il a fait part de ses « regrets éternels et de sa honte ».


flèche Sur le web : http://qc.news.yahoo.com/s/12112009...
Forum
Répondre à cet article


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.84.20
Pour produire une couche de 18 centimètres de terre arable, la nature a besoin de 1400 à 7000 ans, à raison de 0,5 à 2 centimètres par siècle.