Volkswagen, des ambitions de F1
Article mis en ligne le 26 novembre 2009
dernière modification le 4 octobre 2014

par Webmestre
Imprimer logo imprimer

Volkswagen, l’un des plus importants groupes automobiles du monde, entrevoit d’accéder en Formule 1 d’ici la saison 2012, en tant que motoriste.
La Formule 1, après une période de troubles, est en train de se relever. Après le départ des firmes nippones Toyota, Honda et Bridgestone, les constructeurs allemands font le mouvement inverse. Mercedes, déjà impliqué comme motoriste, a racheté Brawn GP pour s’offrir sa propre écurie, et Volkswagen semble destiné à rejoindre la catégorie reine des monoplaces. C’est ce qu’affirme à autosport.com Hans-Joachim Stuck, ancien pilote de Formule 1, vainqueur des 24 Heures du Mans et représentant Volkswagen Motorsport.

« Quand vous êtes le plus important constructeur au monde, vous y pensez naturellement, mais pas avant 2012 », affirme HJ Stuck. « Nous recherchons des choses innovantes et la F1 en fait partie, en tant que pinacle du sport automobile. Il y a deux ans, il était question que Volkswagen rachète Red Bull F1 Team, que nous n’avions pas besoin d’acheter. Pourquoi devrions-nous nous en tenir à une seule équipe si nous pouvons équiper de moteurs davantage d’équipes ? »

Pour Hans-Joachim Stuck, la meilleure solution pour Volkswagen est de ne pas investir la Formule 1 en tant que constructeur mais en tant que motoriste. « Regardez BMW. Ils ont investi des millions de dollars dans leur soufflerie ainsi que dans leur super ordinateur et ils ont désormais mis la clé sous la porte. Elaborer un moteur et le fournir aux équipes est le meilleur choix. »

Avec cinq écuries équipées du moteur Cosworth en 2010, la Formule 1 s’est ouverte aux motoristes ‘indépendants’, une voie que pourrait donc bientôt suivre Volkswagen.

Jean-Côme Decroos


flèche Sur le web : http://www.autohebdo.fr/f1/f1/artic...
Forum
Répondre à cet article


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.84.20
Pour produire une couche de 18 centimètres de terre arable, la nature a besoin de 1400 à 7000 ans, à raison de 0,5 à 2 centimètres par siècle.