Le bras de fer d’Ecclestone
Article mis en ligne le 28 novembre 2009
dernière modification le 4 octobre 2014

par Webmestre
Imprimer logo imprimer

Bernie Ecclestone ne croit qu’à moitié dans les nouvelles équipes que la FIA a choisi de faire entrer en 2010. Il sait qu’avec le retrait de Toyota, il reste une 13e place disponible.

Le Britannique préfère pour deux raisons le projet Stefan GP, venu d’Europe de l’Est, au retour de Sauber en F1 :

il augmente la visibilité de cette partie du monde en F1, représentée par le Grand Prix de Hongrie ;
l’équipe Stefan GP rachèterait la propriété intellectuelle de la Toyota TF110, dont le prix est fixé à 6 millions d’euros.

Inquiet du retrait de Toyota, M. Ecclestone a décidé de trouver un repreneur. L’équipe japonaise a signé les accords Concorde (le 31 juillet) avant d’annoncer son départ, contrairement à BMW, ce qui a fait perdre tout privilège à Sauber.

Selon les sites spécialisés, Bernie Ecclestone voulait rejoindre d’une façon ou d’une autre la Russie (un projet de Grand Prix a avorté), et le bassin de 800 millions de personnes de l’Europe de l’Est. Il peut y arriver grâce à Stefan GP.

En septembre, le responsable du projet, Zoran Stefanovic, indiquait qu’il avait un commanditaire principal pour la saison 2010, mais qu’il attendait une décision de la FIA, et qu’il avait déjà deux mois de retard sur son échéancier.

Bernie Ecclestone ne veut apparemment pas d’une autre équipe étiquetée FIA. Il aurait manoeuvré en ce sens contre le projet Sauber.

Engagé dans ce bras de fer, le constructeur BMW a senti le danger, et il s’est entendu avec Peter Sauber pour le rachat de son ancienne équipe.

Stefan GP pourrait donc racheter l’entrée de Toyota et le design de la TF110 pour environ 30 millions d’euros.

La liste des équipes engagées pour la saison 2009 doit être publiée d’ici au 11 décembre.


flèche Sur le web : http://www.radio-canada.ca/sports/s...
Forum
Répondre à cet article


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.84.20
Pour produire une couche de 18 centimètres de terre arable, la nature a besoin de 1400 à 7000 ans, à raison de 0,5 à 2 centimètres par siècle.