Communiqué du Collectif Flins sans F1 Loi Macron
Article mis en ligne le 12 février 2015
logo imprimer

Dans quelques jours (vote à l’assemblée nationale le 17 Février) risque d’être validée la loi Macron et son cortège de mesures visant à totalement déréguler l’organisation du travail, ne faisant qu’aggraver la précarisation des plus modestes (chapitres I et II titres III page 47).

Plutôt que de promouvoir et revoir l’accessibilité économique du transport ferré autant pour les voyageurs que les marchandises, ce projet de loi fait l’apologie du « tout routier » et des infrastructures qui en découlent. La seule promotion du transport en bus, pourtant extrêmement polluant, est un non sens. (article 3-4-5-6 pages 5, 6, 7 du pdf joint).
Accroître encore le fret routier alors que tous les signaux environnementaux et sanitaires sont au rouge est une gageure.

Quant à l’aérien, les 2 aéroports de Nice et Lyon se retrouveraient privatisés de fait (article 49 page 35).

Les précieuses terres arables autour des grandes villes sont particulièrement menacées par la frénésie de « bétonnage », malgré l’alarmant épuisement des ressources. Les articles 27 et 28 envisagent un recours aux ordonnances et permet de passer outre tout débat démocratique.

Le nombre de projets dans les Yvelines est catastrophique pour envisager un équilibre social, économique, environnemental et alimentaire. (Voir également article 10 page 9. Articles 24,25 pages 19. L’article 97 page 51 pose la question des lobbies possibles)

Le silence médiatique et la vétusté de la réflexion politique autours du contenu précis de ce texte nous conforte dans nos inquiétudes quant aux orientations que dessine ce projet de loi sur la qualité de notre environnement et sur l’organisation social qu’il défend.

Notre collectif ne manquera pas de se pourvoir autant qu’il le pourra et en appelle à la mobilisation citoyenne contre ce déni démocratique.

Le Collectif Flins sans F1

Adresse de contact
Les listes de diffusion
Page Facebook


Téléchargements Fichier à télécharger :
  • Projet de Loi Macron
  • 713.1 ko / PDF


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.57
Pour produire une couche de 18 centimètres de terre arable, la nature a besoin de 1400 à 7000 ans, à raison de 0,5 à 2 centimètres par siècle.