Canal Seine Nord, PSMO, tonneau des Danaïdes de l’ile de France
Article mis en ligne le 6 avril 2016

par Webmestre
Imprimer logo imprimer

Véritable « colonne vertébrale » de l’OIN Seine Aval, il convient de s’intéresser de très près à ce gigantesque projet qui reçoit une grande attention financière de l’Europe. [1]
En étudiant plus avant ce document, on comprends toutes les infrastructures nécessaires autour de ce projet de canal. Les ports « multimodaux », nom politiquement correct pour dénommer la photo ci dessous et dont un doit s’implanter à Limay.


La dénomination exacte est plutôt : les terminaux fluviaux à containers (plateforme de desserte multimodale Fleuve, Route, Rail).
Limay-Porcheville, Bruyère sur Oise, Gennevilliers, Bonneuil sur Marne, Evry, Montereau-Fault-Yonne

Quel est l’emplacement précis et la fonction de ce point bleu (légende : port urbain) se trouvant plus ou moins au Mureaux ? Beaucoup de suppositions et on est tenté de faire un rapprochement avec la volonté d’implantation de COLAS Rail (n’oublions pas le terme « multimodal », il manque le train...) Carte issue d’Info Fret

En étudiant l’annexe 10 (page 19) [2] on peut aisément comprendre la connexion de Limay avec l’ambition d’extension des carrières Calcia.
Pour les plus courageux, le dossier complet de 2013 ou encore cet autre rapport, bienvenue dans l’ère de la mondialisation et des flux conteneurisés...

On comprend bien mieux le cheminement des infrastructures routières (autoroutes, accès) inhérentes aux innombrables porte-containers à véhiculer par poids lourds (la 104, le pont d’Achère, la fameuse C13-F13) qui doivent desservir les diverses « plateformes » (dont l’immense PSMO et Limay.

Vidéo de promotion avec son cortège de promesses en matière d’emploi et autres arguments...

Si vous aimez le cadre champêtre des Yvelines ou le côté encore un peu verdoyant de l’ile de France, ou si vous avez des doutes sur ce modèle économique désuet et son approche centralisatrice, expansionniste, alors que l’heure est à la tranversalisation, aux circuits courts, à une modération consumériste et un souci environnemental il va falloir se retrousser les manches car en lisant les ambitions de Haropa [3], c’est plutôt à Shangaï ou Pékin que nos gouvernants rêvent.
Alors que les signes d’essoufflement de cette logique se multiplient.

Pour rappel sur les Danaïdes

Notes :

[1Toujours selon Haropa : « Le canal pourrait également jouer un rôle clé dans l’apporvisionnement de l’Ile-de-France en matériaux de construction, en reliant la zone d’extraction du Calaisis aux centrales à béton franciliennes ».

[2source

[3Citation : « A l’heure où le transport maritime assoit sa domination sur les échanges mondiaux, le Grand Paris doit également bénéficier d’une ouverture sur la mer à l’instar des »villes monde« comme Shangai, Sao Paulo ou New-York et Pékin même qui renforce son lien fluvial avec le port de Tianjin, 160 km en aval (200 km séparent Paris du Havre). Aujourd’hui sur 100 conteneurs destinés à l’Ile-de-France, près de la moitié transitent par les ports du Nord de l’Europe et redescendent par la route, au détriment de l’emploi et de l’environnement de la Vallée de la Seine. C’est notamment pour relever ce défi de la relocalisation des flux logistiques et de l’activité qu’ils induisent que les trois ports de Paris, du Havre et de Rouen se sont rapprochés en 2012 pour constituer une alliance baptisée HAROPA, qui agit aujourd’hui comme un puissant facteur de compétitivité et d’attractivité du Grand Paris. »

Téléchargements Fichiers à télécharger :
  • annexes_10.pdf
  • 6.4 Mo / PDF
  • port_seine-metropole_ouest___haropa___ports_de_paris_seine_normandie.mht.zip
  • 1017.5 ko / Zip
  • le_grand_paris___haropa___ports_de_paris_seine_normandie.mht.zip
  • 324.4 ko / Zip
  • info_fret_la_strategie_du_transport_fluvial.mht.zip
  • 5.9 Mo / Zip
  • 25_projets_feis_periode_2016-2020.pdf
  • 603.8 ko / PDF
  • seine_europe_rapport_complet2013.pdf
  • 14 Mo / PDF
  • h-evaluation_socio-eco_loti.pdf
  • 8.4 Mo / PDF


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.84.20
Pour produire une couche de 18 centimètres de terre arable, la nature a besoin de 1400 à 7000 ans, à raison de 0,5 à 2 centimètres par siècle.