Et si les cantines passaient au bio ?

Article de rue 89
Avec 2% de surfaces agricoles consacrés à l’agriculture bio, la France apparaît comme un des plus mauvais élèves européens. Résultat : l’offre se trouve éclatée sur tout le territoire et l’importation explose : 30% des produits bio consommés en France sont aujourd’hui importés.

Article mis en ligne le 19 juin 2009
logo imprimer

Mais où cultive-t’on le bio ?

En hausse de 25 % en 2008, le marché français du bio investit, pas à pas, notre quotidien. Aujourd’hui, ses bienfaits font largement consensus dans la société. Jusqu’à être officiellement reconnus d’utilité publique par le gouvernement français. Et l’agence bio est claire :

« Les Français consomment bio chez eux mais également hors domicile. »

Parmi les actifs, ils sont en effet 38% à déclarer vouloir plus de produits issus de l’agriculture biologique dans leur restaurant d’entreprise. Du côté des parents d’élèves, ils seraient 78% à émettre le même souhait pour leurs chères têtes blondes à l’école.

L’idée

Doucement mais sûrement, par l’introduction d’un produit puis d’un autre, les restaurants collectifs se convertissent. Début 2009, un tiers d’entre eux proposent des aliments bio « au moins de temps en temps ». Selon les estimations, dans trois ans, ils devraient être sept sur dix.

Des chiffres encourageants qui auraient tout intérêt à augmenter tant ce type d’alimentation cumule les avantages. Riches et dénués de substances chimiques, les produits issus de l’agriculture biologique constituent également un moyen efficace de développer de petites filières paysannes exsangues.

La suite...


flèche Sur le web : http://www.rue89.com/passage-a-lact...



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.57
Pour produire une couche de 18 centimètres de terre arable, la nature a besoin de 1400 à 7000 ans, à raison de 0,5 à 2 centimètres par siècle.