Une voiture révolutionnaire
Article mis en ligne le 21 juin 2009
dernière modification le 6 juillet 2009
logo imprimer

Il n’y a pas que l’électrique qui cogite...
Techniquement, le véhicule est prêt. En 2 mois, sans publicité, 200 clients fermes se sont fait inscrire en liste d’attente pour ce type de véhicule.

Le soutien d’un grand nombre d’usagers sera le bienvenu, car cette voiture, les pétroliers n’en veulent pas, les pouvoirs publics non plus car ils perdraient la colossale manne fiscale qu’ils perçoivent sur les carburants pétroliers ; les fabricants de véhicules à essence non plus, évidemment. En fait, une multitude de gens, de sociétés, de financiers...sont contre.

Bientôt, nous allons payer une taxe sur la pollution, une pollution qui de l’Amoco Cadiz à l’Erika pollue nos côtes et nos plages, une pollution pétrolière qui pollue nos villes et génère une foule de maladies. Des prix du pétrole qui ne cessent de monter au détriment des uns pour le plus grand profit des autres.

Au rythme actuel de la consommation, il n’y aura plus de pétrole en 2035, car le parc automobile va doubler (au moins) dans les 10 ans. Au nom du pétrole des conflits et des guerres naissent sur tous les points du globe et ce produit se raréfiant, les conflits seront de plus en plus nombreux. De plus, le coût de la pollution en termes de santé publique, atteint aujourd’hui les sommets et demain, avec l’effet de serre, ce sera la catastrophe.

La pollution industrielle s’ajoute à celle de 6 milliards d’individus qui rejettent du gaz carbonique, à 5 milliards de voitures et de poids lourds qui crachent quotidiennement des oxydes de carbone ; et cette pollution s’accumule au fil des ans. Mais les pressions, les intérêts en jeu, les politiques pensent qu’il est urgent de ne rien faire.
Espérons que tous, rapidement, comprendront où est l’intérêt de l’humanité : sa survie dans de bonnes conditions.

Hors Salon de l’Automobile, voici la voiture à air comprimé. C’est un véhicule économique mais aussi non polluant, et qui va dépolluer. Mais c’est surtout un véhicule qui est le fruit d’un concept technique tout à fait novateur, inventé par Guy NEGRE, un ingénieur qui a fait carrière dans l’industrie pétrolière puis automobile où il a travaillé en Formule 1, on n’a donc pas à faire à un farfelu mais à un vrai pro. D’ailleurs, tous les tests effectués sur cette voiture ont été probants et plusieurs centaines de personnes à ce jour, dans plusieurs pays, l’ont essayé et se sont montrés pleinement satisfaits. Les études et mises au points ont nécessité 7 années de travail d’une équipe de 15 personnes et le dépôt de plus de 20 brevets.

Au départ, l’idée de Guy NEGRE fut d’exploiter cette pratique que connaissent bien les mécanos de voitures de sports qui consiste, pour démarrer les moteurs récalcitrants, à injecter de l’air comprimé dans les cylindres ; l’idée part de là, mais au lieu d’en injecter durant quelques secondes, on injecte l’air comprimé en permanence, et ça marche, ça roule même, et de façon économique et proprement.

Le moteur fonctionne selon un cycle thermodynamique différent des moteurs actuels 4 et 2 temps. Le moteur à Air Comprimé est un moteur à 5 temps et à 3 chambres séparées : 2 chambres cylindriques d’aspiration et d’expansion et 1 chambre sphérique de compression reliée par un injecteur d’air électronique à deux réserves d’air comprimé de 300 litres à 300 bars. Avec ces 3 chambres on a donc les différentes étapes : Aspiration, compression, injection d’air comprimé additionnel, expansion, détente, échappement.

Ainsi, par le jeu du piston, le 1er cylindre va aspirer l’air extérieur à travers un filtre et l’envoyer dans la chambre de compression où, au même moment un jet d’air comprimé est introduit dans cette chambre aussitôt relâché dans le cylindre d’expansion, l’air pousse le 2ème piston qui va actionner la roue du moteur, et c’est parti....

La suite de l’article


flèche Sur le web : http://www.aci-multimedia.net/bio/v...

Téléchargements Fichier à télécharger :
  • voit_air_comprime2.jpg
  • 45.4 ko / JPEG


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.57
Pour produire une couche de 18 centimètres de terre arable, la nature a besoin de 1400 à 7000 ans, à raison de 0,5 à 2 centimètres par siècle.