Le circuit F1 à Flins deux fois trop cher
Article mis en ligne le 28 octobre 2009
dernière modification le 27 octobre 2009
logo imprimer

Le circuit de Formule 1 au Val-d’Europe (Seine-et-Marne) "un peu plus de 60 millions
d’euros" selon Alain Prost, aurait dû être financé par le groupe Lagardère qui a renoncé
jugeant qu’il « n’est pas économiquement viable » (Les Echos 19 novembre 2008).

Le Point a
ajouté que Lagardère Sport rechignait à débourser les 23 millions de dollars par an (avec
majoration de 10% par an) que Bernie Ecclestone demande pour le prochain Grand Prix de
France.

Quand c’est le secteur privé qui investit le circuit coûte 60 millions d’Euros. Mais
quand c’est le département des Yvelines c’est non plus 112 millions comme annoncé au début
mais au moins 146 millions (chiffres plus récents fournis par Christine Boutin justifiant le
recours à la Commission Nationale du Débat Public pour un équipement sportif).

La raison de ce surcoût inadmissible : l’emplacement choisi par Pierre Bédier l’ex-
Président du Conseil Général des Yvelines condamné pour corruption. En effet le terrain est
au-dessus d’une nappe phréatique, dans une zone de captage d’eau potable des Parisiens et en
terrain inondable.

Premier surcoût : les architectes Wilmotte et Bowen indiquent qu’ils ont prévu de
consacrer 35% de 112 Millions soit 39,2 millions d’Euros pour implanter une membrane
protégeant la nappe phréatique. Soit 39.2 millions d’Euros de supplément par rapport à
n’importe quel autre lieu sans nappe phréatique au-dessous (source le website du Conseil
Général)

Deuxième surcoût : le coût du déplacement des installations et bâtiments de captage
d’eau que le Conseil Général s’engage à rembourser par contrat à la Lyonnaise des Eaux.

Troisième facteur de hausse des dépenses : les contraintes sur la conception des
installations parce que la zone est inondable (certaines doivent être mobiles ou démontables).

Quatrième dépense supplémentaire liée au site : l’enfouissement des lignes à haute
tension qu’on ne peut laisser au-dessus du public qui assisterait au Grand Prix de F1.

Cinquième cause de surcoût : la proximité des habitations des riverains qui oblige à
concevoir des pare-bruits augmentant les dépenses.

Plus tous les autres surcoûts cachés que le public ignore…

Faire le circuit à Flins c’est débourser au moins 120 millions d’Euros de plus
qu’en d’autres lieux ou il suffit d’adapter un circuit existant pour les mêmes retombées
économiques et médiatiques pour la France. Magny-Cours 2 rénové pour accueillir le
Grand Prix de F1 ne coûterait que 30 millions d’euros.

Le circuit à Flins, négation du Grenelle de l’environnement, est également un vrai
scandale financier dans une Nation en quasi faillite. Et comble de la gabegie, le plus gros
bénéficiaire de ces investissements publics sera d’abord le milliardaire anglais Bernie
Ecclestone qui va récolter les « droits de plateau » environ 15 millions d’euros par an, plus les
droits TV et des droits de publicité sur le circuit.

Un débat public sérieux ne pourra que révéler aux contribuables des Yvelines à quoi et
à qui servent leurs impôts.

JB




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.57
Pour produire une couche de 18 centimètres de terre arable, la nature a besoin de 1400 à 7000 ans, à raison de 0,5 à 2 centimètres par siècle.