La Formule 1 sur la jante
Article mis en ligne le 2 novembre 2009
logo imprimer

Article de Libération

Bridgestone, seul fournisseur de pneus du championnat du monde depuis le retrait de Michelin fin 2006, renonce à chausser les écuries à l’issue de la saison 2010.

Lors du Grand Prix de Sao Paulo, en septembre 2005.

« L’environnement d’affaires est en train de subir de grands changements. » Le fabricant japonais de pneus Bridgestone a annoncé ce lundi qu’il cesserait d’être le fournisseur du championnat du monde de Formule 1 après la saison 2010, en raison de la situation économique.

Bridgestone était l’unique fournisseur de pneus du championnat du monde depuis le retrait du français Michelin à la fin de la saison 2006.

« Nous devons concentrer nos ressources dans les domaines stratégiques et dans le renouveau technologique », a déclaré le porte-parole de Bridgestone, Makoto Shiomi, qui s’est refusé à spéculer sur qui deviendra le prochain fournisseur officiel du championnat.

Bridgestone était entré dans la F1 en 1997, en devenant le fournisseur de cinq écuries. Il cherchait alors à accroître la visibilité de sa marque en Europe afin de contester la suprématie de Michelin. Depuis le retrait de ce dernier fin 2006, il était le seul fournisseur du championnat de F1, qu’avait déjà quitté l’américain Goodyear à la fin de la saison 1998.

Bridgestone est le dernier groupe japonais en date à prendre ses distances avec le monde des sports automobiles du fait de la crise économique.

Le premier constructeur automobile mondial, Toyota, a déjà annoncé qu’il cesserait d’héberger le Grand Prix du Japon sur le circuit du mont Fuji à partir de la saison 2010. Son rival Honda a, quant à lui, vendu son équipe de F1 à son ancien directeur d’écurie Ross Brawn.

(Source AFP)


flèche Sur le web : http://www.liberation.fr/sports/010...

Forum
Répondre à cet article


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.57
Pour produire une couche de 18 centimètres de terre arable, la nature a besoin de 1400 à 7000 ans, à raison de 0,5 à 2 centimètres par siècle.