Discours de Mr. Vignier à la séance départementale du 23 octobre
Article mis en ligne le 3 novembre 2009
logo imprimer

ndlr : A vous d’apprécier (lire ceci également)....

A la séance départementale du 23 octobre dernier, le Conseiller général de Meulan, Michel Vignier, est intervenu pour rappeler que l’intérêt principal du projet de Flins les Mureaux était l’apport massif de fonds pour un territoire oublié jusque là par les grandes politiques locales et nationales de développement.

Voici son intervention…

« Mesdames, Messieurs,

Le coût du projet s’approchant de 150 millions d’€, ce qui n’est pas négligeable, nous sommes tout à fait preneurs de cette proposition de saisir la commission nationale du débat public qui respecte la réglementation, la morale, l’éthique et le respect du principe démocratique. (ndlr : !!!)

C’est tout à votre honneur, Monsieur le Président, de montrer la volonté de transparence du département, de ne pas proposer des projets à marche forcée et d’avoir l’avis des habitants et des élus locaux. (ndlr : !!!)

Toutefois, je tiens à vous rappeler que le projet de circuit, qui n’a jamais été la priorité du groupe socialiste, a permis de dégager des financements pour un territoire par défaut qui aurait été oublié comme dans bien des grands projets : Grand Paris, SDRIF, Schéma Régional de Développement Economique…

La position du groupe socialiste reste inchangée, depuis le début du projet, « ni pour ni contre » le circuit de Formule 1, mais celle d’une volonté affichée de développement d’un territoire en devenir.

A ce jour, les financements dégagés ont profité aux grosses entreprises (Renault, Peugeot, Moveo,) pour leur Recherche et Développement, mais aucune retombée significative sur les projets de développement de ce territoire.

Nous voterons cette délibération pour que les engagements pris par le département aboutissent à une augmentation des emplois, une création et une aide PME PMI, la volonté d’inscrire la vallée de l’automobile dans les projets du Grand Paris.

Nous voterons cette délibération dans le respect des contraintes environnementales et du Grenelle 1 : acquisition du foncier nécessaire au développement du maraîchage, des réseaux de distribution court, de la Maison de la Terre, le renforcement des zones vertes arborées.

Je vous remercie. »

Michel Vignier

source

lire


flèche Sur le web : http://groupe-ps78.over-blog.com/ar...



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.57
Pour produire une couche de 18 centimètres de terre arable, la nature a besoin de 1400 à 7000 ans, à raison de 0,5 à 2 centimètres par siècle.