Projet de loi sur le Grand Paris - La chambre d’agriculture interdépartementale d’Ile de France tire la sonnette d’alarme !
Article mis en ligne le 6 novembre 2009
logo imprimer

La présentation par Christian Blanc du projet sur le Grand Paris « ajoute encore à la cacophonie ambiante sur l’aménagement de l’Ile de France et les agriculteurs franciliens se demandent si leur activité a encore une place au sein de la région »

L’agriculture a t-elle sa place dans le projet du Grand Paris ?

Les divers programmes d’aménagement envisagés par le projet du Grand Paris présenté le 7 octobre dernier au conseil des ministres par Christian Blanc sème le trouble chez les agriculteurs d’Ile France.

Les agriculteurs franciliens se demandent quel avenir sera réservé à leur activité en apprenant que le projet sur le Grand Paris prévoit de « réaliser le grand métro automatique contournant la zone agglomérée, et prévoit aussi une urbanisation intense autour des quelques 40 gares desservies par cette « double boucle », longue de 130 km. Ceci en confiant la réalisation à un établissement public tout puissant, la « Société du Grand Paris », qui pourra à sa guise préempter ou exproprier en urgence, spoliant ainsi les propriétaires ruraux ! ».

Saclay, l’Etablissement Public de Paris, aura notamment pour mission, d’après le texte de loi, de « contribuer à la mise en valeur et à la protection des espaces naturels, agricoles et forestiers ». Mais il semble que les agriculteurs ne seront pas consultés pour prendre part à ce projet, constatent -ils.

Les agriculteurs citent aussi comme menace pour leur activité la plantation d’une forêt de 2500 hectares sur les terres agricoles aux abords de l’aéroport de Roissy, qui constituent pourtant le grenier à blé de la capitale.
Source : Terre-net Média


Téléchargements Fichier à télécharger :
  • projets_grand_paris.jpg
  • 18.7 ko / JPEG


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.57
Pour produire une couche de 18 centimètres de terre arable, la nature a besoin de 1400 à 7000 ans, à raison de 0,5 à 2 centimètres par siècle.