Objectif réel des études d’impacts : une déclaration d’Utilité Publique
Article mis en ligne le 12 novembre 2009
logo imprimer

Le président du Conseil Général des Yvelines a remis début novembre 2009 un dossier
provisoire contenant les études d’impacts intitulé :

"Vallée de l’automobile et de la Mobilité Durable Projet d’équipement multi-activités
du pôle technologique accompagné de deux sous-titres : Préparation du dossier d’enquête
préalable à la déclaration d’Utilité Publique, Communes de Flins-sur-Seine et des Mureaux,
Cantons d’Aubergenville et de Meulan."

Le titre de ce dossier explicite son but : obtenir un arrêté du préfet déclarant ce projet
d’équipement d’Utilité Publique C’est un dossier de 300 pages écrites en petits caractères
comportant de nombreux plans en couleurs.

Le danger est clair pour les riverains d’après les animateurs du Collectif Flins sans F1.

Dès lors que le circuit qui n’est évidemment qu’une partie du projet d’équipement sera classé
d’Utilité Publique bien des obstacles juridiques seront anéantis.

Il obligera à la mise en
compatibilité du SDRIF, des POS et des PLU.

Il permettra d’exproprier la ville de Paris des
captages d’eaux et des parcelles de terrains dont elle est propriétaire autour des captages
d’eaux etc...

Ce dossier est extrêmement étendu et complexe sur les aspects géologiques
hydrologiques sur la faune et la flore et sur la climatologie et l’agriculture ainsi que sur les
problèmes de transport et devra être soumis à des experts neutres qui ne soient pas inféodés au
département.

Le même dossier est très réduit sur la pire des nuisances : le bruit infernal des bolides
plus de 250 jours par an. La zone concernée par le bruit dans l’étude est fortement réduite, son
impact outrageusement minimisé et les mesures de protection contre le bruit largement
surévaluées quant à leurs effets.

Aucune mention n’est faite de la perte de valeur du patrimoine immobilier des
riverains à cause de la présence d’un circuit dans le voisinage.

On comprend que le ministère de l’écologie ait porté un avis négatif sur ce dossier
« provisoire » d’étude d’impacts.

JB




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.57
Pour produire une couche de 18 centimètres de terre arable, la nature a besoin de 1400 à 7000 ans, à raison de 0,5 à 2 centimètres par siècle.