Lettre envoyée par 10 élus des Mureaux au président du CG78
Article mis en ligne le 18 novembre 2009
dernière modification le 20 novembre 2009
logo imprimer

NDLR : une lettre bien tardive que nous attendions depuis longtemps, tout comme le vote en conseil municipal ( après la décision du CG ?!!)...

Les Mureaux le 16 novembre 2009

Monsieur le président du conseil général des Yvelines

Tous les 10 ans, en France, l’équivalent d’un département disparaît en terres
arables et maraîchères pour du béton, des autoroutes, des zones industrielles,
des lotissements, etc ...

Jusqu’où allons-nous aller dans cette destruction
massive de nos villes et campagnes ?

Aux Mureaux, les 178 ha de terres agricoles de la ferme de la Haye sont les
dernières restantes de la commune. Ces terres sont productives et riches
(après les cinq générations d’agriculteurs qui ont fait vivre ces terrains, la
présence de deux jeunes maraîchers le prouvent) et la faune y est
abondante (présence d’espèces migratoires rares).

L’idée de Monsieur Bédier de les utiliser pour un circuit de formule 1 allait
ainsi à contre sens de l’histoire, a l’heure où le monde se pose la question de
sa survie par la diminution de C02.

Dans la mesure où il était convenu que ces terres seraient restituées à la
SAFER, puis au Conseil Régional pour y installer de l’agriculture biologique, si
aucun projet concret n’était validé avant le 31 octobre 2009, pourquoi
Monsieur SCHMITZ (nouveau Président du Conseil Général) maintient-il la
mainmise du département sur ces terres ? En effet, les dernières déclarations de
Nicolas SARKOZY, ne font elles pas tomber à l’eau le projet de circuit de
Formule 1 ?

Or, dans sa séance du 23 octobre 2009 le conseil général a voté à
l’unanimité Droite/Gauche le maintien de ces terres en zone industrielle
empêchant ainsi le retour d’un projet respectueux de l’environnement.
Que nous prépare encore le conseil général des Yvelines ? Un circuit F1
électrique aussi ridicule que le précédent ou un projet industriel dans le secret
comme d’habitude ?

Oui, nous sommes tous interpellés par les difficultés des citoyens face à la
crise et principalement par la situation de l’emploi sur notre territoire. Mais
avant d’engager l’avenir de l’agriculture locale par le bétonnage de terres
productives, commençons par prouver que nous sommes capables de relancer
l’activité économique et de créer des emplois dans les friches industrielles de
Flins et des Mureaux !

En effet, l’espace ne manque pas, permettant ainsi de
rendre les terres de la ferme de La Haye à leur mission première : fournir aux
populations une nourriture saine, compatible avec le respect de
l’environnement et faiblement émettrice de C02.

Il nous paraît ainsi inutile d’opposer politique de l’emploi et défense de la
qualité de vie... puisque notre territoire offre d’autres possibilités de
développement économique...

Cette particularité est d’ailleurs un trésor
inestimable : des zones industrielles, des zones d’habitation et des zones d’agricultures en circuits courts.

Détruire une de ses composantes c’est
détruire l’harmonie de notre Vallée ; c’est un crime au même titre que la
destruction du poumon vert d’Amazonie, ou des forêts de Malaisie pour la
culture de l’ huile de Palme.

  • Céline BAUMEL Maire-adjointe des Mureaux
  • Albert BISCHEROUR Maire-adjoint des Mureaux
  • Marie-Thérèse FOUQUES Maire-adjointe des Mureaux
  • Jean DELARUE Conseiller municipal
  • Yasin DURCIN Conseiller municipal
  • Patricia HAMARD Conseillère municipale déléguée
  • Bernadette LEBRIAND Conseillère municipale
  • Anne-Marie ROCHON Conseillère municipale des Mureaux
  • Luis SAINZ Conseiller municipal délégué des Mureaux
  • Mounir SATOURI Conseiller municipal des Mureaux
  • PJ i lettre de M Hervé BILLET Président directeur général de la SAFER
  • Copie à M François GARAY Maire des Mureaux
  • M Michel VIGNIER Conseiller général des Yvelines

La Lettre originale

P.S. :

ndlr : mis les signataires dans l’ordre des fonctions et alphabétique


Téléchargements Fichiers à télécharger :
  • lettre_elus_Mureaux_anti_F1.pdf
  • 1.7 Mo / PDF
  • lettre_elus_Mureaux_anti_F1_Page_1.jpg
  • 154.2 ko / JPEG


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.57
Pour produire une couche de 18 centimètres de terre arable, la nature a besoin de 1400 à 7000 ans, à raison de 0,5 à 2 centimètres par siècle.