OFFICIEL ! Abandon du Projet de circuit F1 à Flins !!!
Article mis en ligne le 1er décembre 2009
dernière modification le 3 décembre 2009
logo imprimer


Nous évoquions dans notre dernier tract quatre raisons du silence :

. 1 Peur de reconnaître la réussite de la mobilisation citoyenne ?

. 2 Besoin de garder l’annonce à des fins électorales ?

. 3 Nécessité d’offrir la primeur aux "opposants de la 25 ème
heure" : les ni pour ni contre, les oui mais... ?

. 4 Possibilité de se refaire une virginité écologique en
choisissant le moment « opportun » pour le dire ?

A laquelle ou lesquelles de ces raisons vous fait penser cette vidéo ?

trancription de la vidéo :

Alain Schmitz, le Président du Conseil général, annonce que le Département des Yvelines retire le projet de construction d’un circuit de Formule 1 à Flins. Produit d’appel du plan de soutien à l’industrie automobile lancé il y a plus d’un an, le circuit a permis de mettre la Vallée de l’Automobile et de la Mobilité Durable sur les bons rails. Alain Schmitz, le Président du Conseil général, annonce que le Département des Yvelines retire le projet de construction d’un circuit de Formule 1 à Flins. Produit d’appel du plan de soutien à l’industrie automobile lancé il y a plus d’un an, le circuit a permis de mettre la Vallée de l’Automobile et de la Mobilité Durable sur les bons rails.

Des rumeurs circulent sur le projet de circuit de F1 porté par le Conseil général des Yvelines. Est-il toujours d’actualité ?

Alain Schmitz : “Ce qui est toujours d’actualité c’est le projet global, dont le circuit n’est qu’une partie. Je veux parler de la création de la Vallée de l’Automobile et de la Mobilité Durable, afin que les Yvelines restent le 1er département pour l’automobile et dont l’un des principaux objectifs est de sauvegarder et de créer des emplois dans cette filière.

Au sein de ce projet, figure effectivement un produit d’appel, dont nous espérions la forte médiatisation, un circuit de Formule 1 pour accueillir le Grand Prix de France. Nous n’avons pas été déçus. Il a atteint son objectif en plaçant les Yvelines sous les feux de l’actualité et nous a permis de mettre la Vallée de l’Automobile et de la Mobilité Durable sur les rails.

Les premiers résultats sont là et dépassent même nos attentes : déjà des subventions en soutien à des projets de Recherche et Développement locaux ont été attribuées (ex Segula, Thales, Renault, PSA Peugeot, etc.) et l’avenir de Flins est assuré grâce à nos investissements venus en complément de ceux promis par l’Etat sur le véhicule électrique. Je rappelle que Renault va construire Zoé, sa voiture électrique, à Flins.

Par ailleurs l’ensemble de la filière électrique se développe dans les Yvelines. Avec le ministre de l’Industrie, Christian Estrosi, le président directeur général de Renault-Nissan, Carlos Ghosn, et le soutien du Commissariat à l’Energie Atomique (CEA) et du Fonds Stratégique d’Investissement (FSI), nous avons lancé l’implantation d’une usine de batteries comprenant leur conception (R&D), leur production et leur déconstruction. Parallèlement, nous suivons et soutenons les innovations de Peugeot PSA Poissy sur son futur véhicule hybride.

Ces avancées innovantes nous permettent de dire que les Yvelines SONT aujourd’hui le berceau du véhicule du futur. J’en suis persuadé, les Yvelines ont un avenir industriel durable. Un projet d’éco-pôle (éco-déconstruction des véhicules) est également sérieusement envisagé.

Quant à votre question sur l’actualité du circuit, elle s’inscrit dans un contexte pour le moins complexe et dont nous sommes loin, au conseil général, de maîtriser toutes les données.

En l’absence des soutiens nécessaires que j’avais appelé de mes vœux le 3 juillet dernier à l’occasion de mon élection à la Présidence du Conseil général, et après avoir consulté tous les acteurs de ce dossier, qu’ils soient partenaires ou opposants, j’ai pris la décision, en accord avec tous les élus de l’assemblée départementale, de renoncer à la construction d’un circuit de Formule 1.

Aujourd’hui, notre priorité est de poursuivre le développement de la Vallée de l’Automobile et de la Mobilité Durable, inscrite dans le projet du Grand Paris et de sortir renforcés de la crise."

Qu’allez-vous faire des terres préemptées par le Conseil général à Flins ?

Alain Schmitz : "Comme prévu, nous allons les rendre à la Safer. C’était un engagement de mon prédécesseur au cas où le projet de circuit n’aboutirait pas. On a parfois voulu nous opposer avec les projets d’agriculture biologique. Un comble quand on sait que le Département des Yvelines est le premier département agricole d’Ile-de-France et que notre engagement en faveur d’un développement équilibré du territoire ne s’est jamais démenti. Nous allons continuer de soutenir les projets d’agriculture biologique sur les terres de Flins et veiller à ce qu’ils créent des emplois. Le respect de l’environnement et le développement durable sont des priorités du Département des Yvelines, à travers des projets comme ceux des agriculteurs « bio », mais aussi à travers la Vallée de l’Automobile et de la Mobilité Durable.

Depuis des années, le Département des Yvelines s’est inscrit dans une démarche environnementale forte à travers des projets tels que l’aménagement des berges de Seine, l’entretien des Espaces Naturels Sensibles (ENS), la construction HQE (haute qualité environnementale) des collèges, le développement des circulations douces (randonnées équestres et cyclistes), le FEDEI (Fond Eco Départemental Environnement et Innovation)

J’entends faire en sorte de concilier développement économique et environnement dans les Yvelines. Ces deux enjeux sont nécessaires pour les Yvelinois."


Téléchargements Fichier à télécharger :
  • david-et-goliathbis.jpg
  • 102.3 ko / JPEG


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.57
Pour produire une couche de 18 centimètres de terre arable, la nature a besoin de 1400 à 7000 ans, à raison de 0,5 à 2 centimètres par siècle.