Décryptage...
Article mis en ligne le 26 janvier 2010
logo imprimer

NDLR : et si on lisait attentivement le message du Conseil Général...

Phrases clés :

« le projet de circuit de Formule 1 a eu le très grand mérite de placer ce projet global sous les feux des projecteurs politiques et médiatiques »

« A ce jour, ce défi est remporté »

« Elles vont servir pour d’autres projets sur ce terrain. »

Les montants réels (si nous disons que c’est réel, alors c’est réel...) du projet de circuit de Formule 1

Retiré de la Vallée de l’Automobile et de la Mobilité Durable en décembre dernier, le projet de circuit de Formule 1 à Flins a engendré des coûts conformes à ce qui était prévu dans le budget 2009 (nous maitrisons le sujet...). Le Conseil général a regroupé les sommes définitivement mandatées (n’en parlons plus...) pour les communiquer précisément.

De septembre 2008 à décembre 2009, le Conseil général des Yvelines a conduit un projet de circuit de Formule 1. Il était l’une des composantes (un peu de complexité savante...) du plan de relance de la filière automobile qui a abouti à la création de la Vallée de l’Automobile et de la Mobilité Durable, un pôle économique inscrit dans le projet du Grand Paris (comme ça nous disons que c’est fait...) . La politique du Département dans ce domaine a joué un rôle essentiel dans le maintien de l’activité industrielle sur le site de Flins, comme l’actualité récente le confirme (!??...) .

Durant cette période, des études d’impact ont été réalisées, comme pour tout projet d’envergure mené par une collectivité locale. Les services archéologiques ont également mené des fouilles sur le site de Flins qui ont permis d’approfondir la connaissance du territoire et de réaliser quelques découvertes exceptionnelles. Elles vont servir pour d’autres projets sur ce terrain. (ah bon, lesquels ?!...)

Les dépenses se décomposent comme suit :

Les études de faisabilité :
Etudes préalables : 974 665 euros - Conseil : 241 539 euros - Préparation du Dossier d’Utilité Publique : 548 392 euros.
Dépenses inhérentes à tout projet d’envergure tel que la construction d’un circuit.

Maîtrise d’œuvre du circuit (cabinet Wilmotte et sous-traitants) : 4 804 521 euros.
La qualité architecturale et environnementale du projet retenu a été saluée par tous les experts. Elle répondait surtout aux exigences environnementales légitimement exprimées.

Aménagement du terrain :

  • Déplacement des captages d’eau : 105 634 euros.
  • Enfouissement des lignes électriques : 250 000 euros.

La concertation :

  • Débat et concertation : 227 366 euros.
  • Annonces et insertion : 33 144 euros.
  • Le Conseil général estime que ces dépenses étaient nécessaires pour faire avancer le projet en étroite concertation avec les habitants, dans un souci de démocratisation et de transparence.
    (de l’aplomb, surtout de l’aplomb...)

Archéologie préventive : 777 210 euros.

  • A cela s’ajoute la redevance d’archéologie préventive dont le coût net pour le Département est de 135 977 euros (431 674 euros, dont le paiement permettra le reversement de 68,5% soit 295 697 euros).

Aujourd’hui retiré de la Vallée de l’Automobile et de la Mobilité Durable, le projet de circuit de Formule 1 a eu le très grand mérite de placer ce projet global sous les feux des projecteurs politiques et médiatiques (c’était donc prévu comme ça ?) et d’affirmer la volonté des Yvelines de devenir le berceau du véhicule du futur. A ce jour, ce défi est remporté et le Conseil général des Yvelines continue d’agir en faveur de la filière automobile (puisque nous disons que c’est comme ça que nous voyions ce projet..) , pour l’emploi, pour l’innovation et pour l’environnement.

Conformément à l’engagement du Président du Conseil général, l’intégralité des terrains préemptés à Flins-Les Mureaux est (la Safer ne dit pas encore ça...)  [1] restituée à la Safer.

Notes :

[1Alain Schmitz : "Comme prévu, nous allons les rendre à la Safer. C’était un engagement de mon prédécesseur au cas où le projet de circuit n’aboutirait pas. présent ou futur ?


flèche Sur le web : http://www.media-yvelines.com/site/...



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.57
Pour produire une couche de 18 centimètres de terre arable, la nature a besoin de 1400 à 7000 ans, à raison de 0,5 à 2 centimètres par siècle.