Les chasses présidentielles reprennent du fusil
Article mis en ligne le 8 février 2010
logo imprimer

NDLR : le secrétaire général de l’UMP, Xavier Bertrand, a appelé « l’ensemble des partis politiques à faire preuve de responsabilité » : « Nous ne pourrons plus dépenser comme par le passé. »

Sur invitation du président, une trentaine de privilégiés sont régulièrement conviés aux « battues de l’Etat », tombées en désuétude sous Chirac.

Un château, des invités triés sur le volet, des armes et du gibier… On se croirait tout droit sorti d’un film en costume. Et pourtant. Vendredi 5 février, c’est le spectacle que l’on pouvait « admirer » dans les jardins du Domaine de Chambord.
Pierre Charon, ami et conseiller du président de la République fraîchement nommé –le 16 décembre dernier- « Président de l’Établissement de Chambord », chargé des chasses présidentielles, remet au goût du jour la tradition monarchique des « battues d’Etat ».
Jacques Chirac les avait délaissées, craignant que le faste ne soit montré du doigt et que la chasse provoque un tollé des écologistes.

Cérémonial

Au programme officiel, petit déjeuner, cérémonie du tableau de chasse en grandes pompes entourée de la Garde républicaine et luxueux diner dans la grande salle du Château, pour les 30 invités du président. Officieusement ces rencontres discrètes sont le lieu de tractations, d’accords, de stratégies entre les « VIP de la République ». Grands patrons du CAC 40, parlementaires, préfets, ministres, chefs d’Etat étrangers, arpentent les 160 hectares de forets.

Selon un article du Monde, daté du 18 décembre dernier, Martin Bouygues et Albert Frère, l’ancien procureur général près la cour d’appel de Paris Yves Bot, le directeur général de la police nationale Frédéric Péchenard, et le socialiste Michel Charasse y aurait été vus.

Discrétion et confidences

Pierre Charon explique dans l’Express qu’il « rapporte à Nicolas Sarkozy ce qu’il picore à Chambord ». « Les hutus et les tutsi sont là » s’amuse encore le conseiller.
Preuve de l’attrait que génèrent les battues, « des gens qui ne m’adressaient plus la parole me reparlent » confie l’ami du président, lui-même chasseur depuis l’âge de 25 ans.
La consigne est donnée : aucun nom, aucune photo, un cadre idéal pour mettre en confiance les invités.
Rendez-vous est fixé, le 12 février prochain, fusil à la main. Chaque année, une quinzaine de journées de chasse sont offertes au nom du Président de la République à ses invités, pour un budget resté silencieux.
Nouvelobs.com a tenté de joindre Pierre Charon ainsi que la communication du château de Chambord mais nos demandes sont restées sans réponses.

Estelle Gross (nouvelobs.com )


flèche Sur le web : http://tempsreel.nouvelobs.com/actu...

Téléchargements Fichier à télécharger :
  • Chambord.jpg
  • 100.9 ko / JPEG


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.57
Pour produire une couche de 18 centimètres de terre arable, la nature a besoin de 1400 à 7000 ans, à raison de 0,5 à 2 centimètres par siècle.