La semaine de l’environnement Muriautine du 26 avril au 7 mai : « sincères » contradictions ...
Article mis en ligne le 5 mai 2010
logo imprimer

Il faut avoir de la volonté pour connaître le programme journalier de cette semaine de l’environnement aux Mureaux !
Enfin après maints déplacements tant en Mairie que sur les lieux où ça se passe, un de nos membre a pu avoir enfin les informations plus précises.

Premier constat : le programme proposé ne commence qu’à partir du 3 mai pour se terminer le jeudi 6 mai.
Une exposition sur l’environnement par l’association « Fleurs en Seine » et travaux effectués par le public autour de l’environnement, ouvrira ses portes à l’Espace de quartier de Bécheville.
Gageons que ne figurera pas le travail de tous ceux et toutes celles qui se sont investis pendant un an avec le Collectif Flins sans F1, pour sauver les terres réservées à l’agriculture bio sur le territoire de la ferme de la Haye, menacées par ce désastreux circuit F1 !

Il faut avoir de la volonté pour connaître le programme journalier de cette semaine de l’environnement aux Mureaux !

Enfin après maints déplacements tant en Mairie que sur les lieux où ça se passe, un de nos membre a pu avoir enfin les informations plus précises.

Premier constat : le programme proposé ne commence qu’à partir du 3 mai pour se terminer le jeudi 6 mai.

Une exposition sur l’environnement par l’association « Fleurs en Seine » et travaux effectués par le public autour de l’environnement, ouvrira ses portes à l’Espace de quartier de Bécheville.

Gageons que ne figurera pas le travail de tous ceux et toutes celles qui se sont investis pendant un an avec le Collectif Flins sans F1, pour sauver les terres réservées à l’agriculture bio sur le territoire de la ferme de la Haye, menacées par ce désastreux circuit F1 !

Vouloir sensibiliser les populations sur l’avenir de notre environnement, sur la malbouffe et le réchauffement climatique, semble élémentaire et on aurait tendance à abonder dans ce sens.

Mais... Il y a un mais.

Faire l’impasse sur ce que voulaient faire le maire et la majorité de ses élus et surtout faire oublier ce mauvais coup justement sur NOTRE ENVIRONNEMENT : la réalisation d’un circuit F1 dont chaque voiture consomme 75litres/100, c’est une conception curieuse du bien être de la population, de l’avenir de la planète... et de la démocratie !

Car il faut répéter qu’une piste aurait recouvert la plus grande réserve d’eau naturelle des Yvelines (la 2è nappe phréatique d’Ile de France).
On ajoutera les conséquences encore plus récurrentes au niveau de la circulation automobile alors que notre secteur est complètement asphyxié sans oublier le bruit infernal des engins dont la portée aurait été de plusieurs dizaines de kms à la ronde.

On l’a donc échappé belle et ce, grâce à la mobilisation de nombreux citoyens en 2009, qui eux sont vraiment soucieux de l’environnement et du bien être de l’humanité...

Cet oubli de taille, fait donc douter quelque peu des objectifs de cette très petite Semaine de l’Environnement... qui ressemble plus à une opération marketing et de « bonne conscience » pour finalement essayer de nous faire avaler que le Maire François Garay avec une majorité d’élus sont « sincèrement » sensibles à la qualité de l’air de l’eau, à la préservation de l’environnement et à notre qualité de vie.
Mais oui, on vous dit que oui !

Concernant la malbouffe :
nous avons dans notre département un cinéaste ,Jean Paul Jaud, qui aurait eu plaisir à voir programmé son film « Nos enfants nous accuseront » à cette occasion..

Nous invitons tout le monde à aller le voir ou à se procurer le DVD.

Et puis, à quand les cantines bio dans nos établissements scolaires ? ...

Dernier point : le lundi 3 mai, une randonnée est prévue dans les bois de Bécheville.
Faites-y un tour, car savez-vous que là aussi le maire avec ses élus écologistes ont voté la déforestation de ce poumon d’oxygène et de verdure pour y faire … une rocade !

Contradiction quand tu nous tiens !!


Collectif Flins sans F1


Téléchargements Fichier à télécharger :
  • eco_nuls.jpg
  • 31.9 ko / JPEG


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.57
Pour produire une couche de 18 centimètres de terre arable, la nature a besoin de 1400 à 7000 ans, à raison de 0,5 à 2 centimètres par siècle.