Ciné-Débat film de Coline Serreau aux Mureaux le 17 mai
Article mis en ligne le 6 mai 2010
dernière modification le 13 mai 2010

par Webmestre
logo imprimer

Lundi 17 mai 20h 30
au cinéma
Frédéric Dard
Rue Paul Doumer

Les Mureaux - entrée 5 €

Débat avec le Collectif Flins sans F1 et
responsables associatifs soutenant le film dont :

Yann Fievet d’Action Consommation

Agnès Carlier du Gab 78

Les films d’alertes et catastrophistes ont été tournés, ils ont eu leur utilité, mais maintenant il faut montrer qu’il existe des solutions, faire entendre les réflexions des paysans, des philosophes et économistes qui, tout en expliquant pourquoi notre modèle de société s’est embourbé dans la crise écologique, financière et politique que nous connaissons, inventent et expérimentent des alternatives. 

Le film que nous réalisons se voudrait un objet ludique et poétique qui mette les idées à l’envers, c’est-à-dire à l’endroit, dans une époque où beaucoup s’accordent à penser que « nous marchons sur la tête. Mettre la tête à « l’envers-endroit », c’est repenser le fonctionnement de nos rapports sociaux et économiques et questionner nos certitudes sur la normalité. Coline Serreau

Le Tract à diffuser

Dépassant la simple dénonciation d’un système agricole perverti par une volonté de croissance irraisonnée, Coline Serreau nous invite à découvrir de nouveaux systèmes de production agricole, des pratiques qui fonctionnent, réparent les dégâts et proposent une vie et une santé améliorées en garantissant une sécurité alimentaire pérenne.

Caméra au poing, Coline Serreau a parcouru le monde pendant près de trois ans à la rencontre de femmes et d’hommes de terrain, penseurs et économistes, qui expérimentent localement, avec succès, des solutions pour panser les plaies d’une terre trop longtemps maltraitée.

Pierre Rabhi, Claude et Lydia Bourguignon, les paysans sans terre du Brésil, Kokopelli en Inde, M. Antoniets en Ukraine... tour à tour drôles et émouvants, combatifs et inspirés, ils sont ces résistants, ces amoureux de la terre, dont le documentaire de Coline Serreau porte la voix.
Cette série d’entretiens d’une incroyable concordance prouve un autre possible : une réponse concrète aux défis écologiques et plus largement à la crise de civilisation que nous traversons.

 La réalisatrice privilégie l’analyse et l’expertise sans jouer la carte des images chocs (...) Sa démonstration teintée d’un féminisme inattendu, échappe ainsi aux discours culpabilisants habituels. Première

« Bio, radical et jubilatoire » Le Nouvel Observateur

Coline Serreau (...) nous offre une impertinente analyse des politiques agraires héritières des premières guerres mondiales, des iniques courses au profits et leurs mortifères conséquences sociales et humaines (...) Le tout à sa manière, avec humanisme et une délicieuse pointe de malice. Téléciné Obs

Le film de Coline Serreau montre qu’un vivre différemment a déjà un début de réalité. Son propos (...) est d’espoir. Le Journal du Dimanche

LE COLLECTIF FLINS SANS F1 continue !

Si le circuit de formule 1 à Flins-Les Mureaux est bien mort et enterré, les terres reviennent en principe à l’agriculture biologique, mais nous continuons le combat pour que ce projet soit réellement appliqué.

Cette victoire du bon sens et de la raison est le résultat de la très forte mobilisation citoyenne qui a vu le jour pour s’opposer à ce projet aberrant. Elle ne doit pas rester sans lendemains !
Le Collectif Flins-sans F1 continue aussi la lutte aux côtés des collectifs Val d’Oise sans F1 et Courtcircuit Val d’Europe contre les autres projets de nouveaux circuits qui doivent également être abandonnés.


L’action paie … il faut s’en souvenir !

Le combat pour une citoyenneté active et vigilante en Seine -Aval continue !

Le Tract à diffuser


Téléchargements Fichier à télécharger :
  • tract_cine_debat_solutions_locales_17mai.pdf
  • 712.3 ko / PDF

Prochainement

Pas d'évènements à venir

Quelques chiffres...



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.57
Pour produire une couche de 18 centimètres de terre arable, la nature a besoin de 1400 à 7000 ans, à raison de 0,5 à 2 centimètres par siècle.