Chine : la pollution industrielle explose

Qui pollue en fait ? Ceux qui produisent ou ceux qui consomment ?...

Article mis en ligne le 23 septembre 2010
logo imprimer

Qui pollue en fait ? Ceux qui produisent ou ceux qui consomment ?...

En un an, les accidents industriels graves ont augmenté de 98 % en Chine. Les cas de pollution explosent et le gouvernement tente d’endiguer les catastrophes.

C’était l’autre marée noire de l’été. Moins spectaculaire que celle qui frappe le Golfe du Mexique, elle a néanmoins marqué les esprits par son ampleur et sa relative médiatisation. C’était le 16 juillet dernier, l’explosion de deux oléoducs dans la zone pétrolière de Dalian, dans l’Est de la Chine. Pendant plusieurs jours, les télévisions chinoises ont abondamment traité de cette affaire, jusqu’à ce que le gouvernement mette le holà. Officiellement, la marée noire est maintenant terminée et, pourtant, sur place, d’après quelques rares témoignages que nous avons pu rassembler, il n’en est rien. « Les médias chinois ne sont pas autorisés à enquêter sur place de façon indépendante et seules quelques ONG publient des communiqués. Mais la zone est maintenant complètement bouclée. Les pêcheurs ne peuvent plus travailler et on pense qu’il faudra au moins 10 ans pour que l’écosystème se remette d’une telle catastrophe », estime un journaliste chinois qui préférera rester anonyme.

« Cet accident de Dalian est d’une grande ampleur et constitue une escalade dans la prise de conscience par la Chine des questions écologiques. Nous sommes à l’heure d’internet et les autorités ne peuvent pas contrôler toutes les informations, cela explique que pour les catastrophes de grandes ampleur, comme celle-là, le gouvernement ne peut plus les cacher », explique de son côté Benoît Vermander, directeur de l’Institut Ricci et spécialistes des questions environnementales en Chine.

La suite...


flèche Sur le web : http://www.novethic.fr/novethic/pla...



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.57
Pour produire une couche de 18 centimètres de terre arable, la nature a besoin de 1400 à 7000 ans, à raison de 0,5 à 2 centimètres par siècle.