Gaz/schiste : Toreador confiant
Article mis en ligne le 12 avril 2011

par Webmestre
logo imprimer

Il convient de rester très prudent quant aux récentes annonces de la ministre de l’environnement sur l’abandon de l’exploitation des gaz et huile de schiste. En son temps Borloo avait fait de même pour tenter une démobilisation sur le projet de circuit F1 à Flins

Le groupe américain Toreador Resources espère mener à bien ses projets dans le pétrole de schiste en France et bâtir une industrie sur le long terme malgré le moratoire en cours dans ce domaine, a déclaré lundi son PDG Craig McKenzie.

Le moratoire est prévu jusqu’au mois de juin, après la publication des conclusions définitives de deux rapports commandés par le gouvernement sur le gaz et les huiles de schiste dont l’exploitation est combattue par les écologistes. « Je reste confiant dans le fait qu’en se donnant plus de temps - ce qui se mesure en semaines et en mois - nous pourrons démarrer notre programme avec une surveillance complète et appropriée du gouvernement », a déclaré Craig McKenzie lors d’un entretien accordé à Reuters.

« Notre objectif n’est pas de forer trois ou quatre puits et de partir. Ce que nous essayons de faire, c’est de mettre en place une industrie qui durera pour trente ans, donc nous voulons le faire correctement », a-t-il ajouté. « Nous sommes dans un contexte de sensationnalisme, c’est décevant, mais nous sommes confiants dans le fait que, finalement, nous pourrons forer », a-t-il ajouté. Toreador Resources, qui est coté sur le Nasdaq et a fait ses débuts en Bourse de Paris le 17 décembre, détient des intérêts dans des concessions de production conventionnelle et des permis d’exploration en France. Il se concentre également sur le pétrole non conventionnel du Bassin parisien, dont il estime les réserves à 65 milliards de barils.


flèche Sur le web : http://www.lefigaro.fr/flash-eco/20...



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.57
Pour produire une couche de 18 centimètres de terre arable, la nature a besoin de 1400 à 7000 ans, à raison de 0,5 à 2 centimètres par siècle.