GP de France : Prost veut savoir
Article mis en ligne le 9 juillet 2009
dernière modification le 4 octobre 2014

par Webmestre
logo imprimer

Rédaction Sport365 - mercredi 08 juillet 2009 - 15h38

Interrogé sur la récente sortie de crise entre les constructeurs et la FIA et les conséquences que cela pourrait avoir sur le futur Grand Prix de France, Alain Prost veut surtout que l’Etat prenne définitivement position.

Les récents événements qui ont animé le monde de la F1 – fin du conflit entre la FIA (Fédération Internationale de l’Automobile) et la FOTA (Association des écuries de F1) ; prochain départ de Max Mosley de la FIA – vont-elles changer la donne pour l’avenir du Grand Prix de France ?

Concerné au premier chef et porteur d’un projet de Grand Prix à Flins, Alain Prost reconnaît que le contexte semble plus favorable. « Le fait que les constructeurs aient pris un pouvoir plus important va certainement aider. Ils ont tous envie de Grand Prix historiques et surtout en Europe. Leurs parts de marchés et leur culture sont en Europe et ils n’ont aucun intérêt à voir disparaître certains Grands Prix européens comme la France, l’Allemagne, l’Angleterre ou l’Italie, explique le quadruple champion du monde. Mais pour préserver ces courses, la donne économique doit être différente de ce qu’elle a été dans le passé. Reste à savoir si cela se fera sur le court ou le plus long terme ».

Sur l’état d’avancement du projet de Flins, Alain Prost ne cache pas en revanche son agacement. « A titre personnel, je vois les choses d’une seule manière, annonce-t-il. C’est un Grand Prix national et la décision doit être prise pratiquement au plus haut niveau de l’Etat. Le projet de Flins, avec l’élection du nouveau président du Conseil Général des Yvelines, a été remis sur les rails. Il faut une décision du Premier Ministre et du Ministre des Sports pour décider d’un site et d’une date. Ensuite, tout le monde doit se mettre en synergie derrière. C’est la seule solution plutôt que de voir, toutes les semaines dans la presse, l’apparition d’un nouveau projet ou d’un nouveau site. Cela tourne à la plaisanterie ».

Propos recueillis par E.C.


flèche Sur le web : http://www.coach365.fr/la-une/artic...



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.57
Pour produire une couche de 18 centimètres de terre arable, la nature a besoin de 1400 à 7000 ans, à raison de 0,5 à 2 centimètres par siècle.