Le grand désarroi des constructeurs automobile devant l’avenir commercial de leurs produits
Article mis en ligne le 2 décembre 2009
dernière modification le 4 octobre 2014

par Webmestre
logo imprimer

carfree

Signe des temps, les séminaires se succèdent sur la prospective automobile : après Mobilis 2009 et “Demain la voiture servicielle“, un nouveau colloque ravageur se tiendra sur la voiture électrique le 11 décembre prochain au CCFA à Paris : La voiture éléctrique : le début d’une deuxième révolution automobile ?

La multiplication des séminaires sur l’avenir de ce mode de déplacement individualiste trahit, à mes yeux, le grand désarroi devant le futur de ce secteur industriel.

Je ne résiste pas au plaisir de vous reproduire la présentation de ce dernier colloque qui vous explique, en substance, qu’avant la crise, c’était déjà la crise pour les constructeurs :

“…un mode de distribution contrôlé par les réseaux des constructeurs et centré sur la vente aux particuliers d’un produit polluant et bien plus cher que le service de mobilité offert par la propriété du véhicule.”

Tous les analystes et les décisionnaires du secteur automobile pressentent les bouleversements que va connaître cette industrie parvenue à la fin d’un cycle. La transition vers la voiture électrique décidée par le numéro un français du secteur : Renault, sera brutale : on parle de “révolution” ou de “changement de paradigme”.

En effet, changer de mode de propulsion implique au moins 2 bouleversements consécutifs : l’électronisation d’une part et l’abandon du modèle de la voiture propriétaire, d’autre part.

Dès lors qu’un industriel décide de produire une voiture électrique en grand nombre, il est obligé de l’équiper d’une plate forme électronique combinant navigation GPS et inertielle, ne serait ce que pour gérer l’énergie et les ravitaillements. L’équipement d’un GPS dès l’usine ouvre la voie à un immense spectre d’applications allant du traçage cinématique et géographique à l’enregistrement des statistiques d’utilisation en passant par le bridage par GPS. (Plus de précisions sur www.LACPA.fr)

On comprends mieux, dès lors, l’intitulé du colloque qui parle de “révolution” !

source:CarfreeFrance


flèche Sur le web : http://carfree.free.fr/index.php/20...



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.57
Pour produire une couche de 18 centimètres de terre arable, la nature a besoin de 1400 à 7000 ans, à raison de 0,5 à 2 centimètres par siècle.