Terrain de la ferme de la Haye : Une opération juteuse ?
Article mis en ligne le 30 novembre 2009
dernière modification le 4 octobre 2014

par Webmestre
logo imprimer

La Fédération des Syndicats d’Exploitants Agricoles d’Ile de France et le Groupement des Agriculteurs Biologiques d’Ile de France

Le débat sur le projet de circuit de F1 a pris une toute autre tournure depuis l’annonce du département de ne pas rendre les terrains à la SAFER et ce malgré l’accord passé il y a un an. L’interview de Michel Vignier, conseiller général du canton de Meulan sur ce propos, n’est pas passée inaperçue et aujourd’hui, c’est la Fédération des Syndicats d’Exploitants Agricoles d’Ile-de-France et le Groupement des Agriculteurs Biologiques d’Ile-de-France qui prennent part au débat.

Terrains adaptés à de la construction ?

La France perd chaque année 60 000 ha de terres agricoles (720 000 entre 1988 et 2000). Comment développer une agriculture respectueuse de l’environnement si des terres, telles celles de Flins-Les Mureaux, vouées à l’agriculture biologique sont bétonnées par les élus ?

Il s’agit en réalité d’une opération juteuse, car ces 178 hectares ont été achetés au prix des terrains agricoles (moins de 0,90€/m²) à savoir bien moins cher que s’ils étaient constructibles. Passant outre toutes les réglementations visant à préserver les terres agricoles et les captages d’eau potables, les élus voudraient maintenant en faire une zone de « développement économique et de résidentalisation » !

Et pour justifier leur choix, ils nous expliquent que les terres ont des sols sablonneux et ne sont pas faites pour être cultivées ! Argument fallacieux.

Avant d’être attribuée aux trois agriculteurs, ces terres ont fait l’objet d’une expertise agronomique et le conseil technique de la SAFER, dans lequel siègent des agriculteurs qui, pour certains, ont plus de 30 ans d’expérience, a validé ce projet agricole, jugeant les conditions réunies (fertilité des sols …) pour assurer la viabilité de ces trois installations.

Par contre, ces terrains, dont une partie est en zone inondable, sont-ils adaptés à de la construction ?

La Fédération des Syndicats d’Exploitants Agricoles d’Ile de France et le Groupement des Agriculteurs Biologiques d’Ile de France (GAB IdF), soutenus par l’association « Flins sans circuit F1 », demandent donc au Conseil Général des Yvelines de démentir ces déclarations et de respecter ses engagements, à savoir rendre, comme prévue, les terres à l’agriculture biologique SAFER avant le 31 décembre.

Le communiqué dans son intégralité

Lire l’interview de Michel Vignier :

http://www.mediaseine.fr/Michel-Vignier-Je-me-bats-pour-que-01305




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.57
Pour produire une couche de 18 centimètres de terre arable, la nature a besoin de 1400 à 7000 ans, à raison de 0,5 à 2 centimètres par siècle.